Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

vomissement

vomissement

définition : vomissement

Le est le rejet actif par la bouche d'une partie du contenu de l'estomac. C'est une action protectrice de l'organisme qui a pour but de protéger ce dernier contre l'ingestion de substances toxiques. Il se distingue de la qui elle est passive et est une simple remontée du contenu gastrique vers l'arrière-gorge ou la cavité buccale.

Le mécanisme du vomissement est essentiellement d'origine centrale : dans le tronc cérébral se trouve le centre du vomissement recevant des informations du cortex, de la pression des ventricules cérébraux, des viscères et d'une zone de chimiorécepteurs. Il envoie des efférences vers le tube digestif, plus particulièrement vers le duodénum.

== Mécanisme == Le vomissement est un réflexe viscéral qui est intégré dans le bulbe rachidien, au niveau du centre émétique ou « centre du vomissement » de la formation réticulée. En premier lieu, le réflexe provoque une salivation et une sensation de nausée. Ensuite, un mouvement antipéristaltique provoque le reflux du contenu de l'intestin grêle proximal dans l'estomac. Lorsque le sujet est conscient, un réflexe ferme la glotte et bloque les voies aériennes supérieures empêchant que les vomissements soient aspirés dans la trachée. Les muscles de la paroi abdominale se contractent tandis que la cage thoracique est maintenue immobile et la pression intra-abdominale augmente. Enfin, le sphincter œsophagien inférieur (cardia) et l'œsophage entier se relâchent et le contenu gastrique est expulsé.

== Contenu == Tout ce qui a été ingéré dans les dernières heures est retrouvé, de l'acide gastrique (ce qui explique les irritations ressenties sur les muqueuses de l'œsophage et de la bouche), ainsi que de la bile, qui remonte du duodenum lors de contractions plus sévères. La présence de sang (hématémèse) nécessite une évaluation par un médecin.

== Causes == Les vomissements peuvent avoir un grand nombre de causes, dont : * syndrome vertigineux, migraines ; * Mal des transports ; * syndrome vagal isolé et bénin (par exemple dans le cadre d'un mal des transports) ; ou consécutifs à une autre pathologie (par exemple lors d'un infarctus du myocarde) ; * méningites, tumeur cérébrale, autres pathologies neurologiques ; * intoxication alimentaire ; * maladies du tube digestif : ulcère de l'estomac, gastro-entérite, cholécystite... ; * désordres métaboliques : hyperglycémie, crise d'urémie... ; * troubles psychiques (dont anorexie mentale et boulimie) ; * effets indésirables de certains médicaments ; * séquelle post-opératoire (ou plus durable après une intervention chirurgicale sous anesthésie), qui nécessite prévention et prise en charge médicale ; * stimulation (volontaire ou non) de certaines parties de la gorge ; * effet de l'absorption excessive d'alcool (avec un seuil variant selon les individus, pour des raisons génétiques ou d'habituation) ; * effet de l'absorption d'un toxique ou d'une drogue non tolérée par l'organisme (tabac, cannabis… chez certains consommateurs). Le cannabis est plutôt antiémétique mais son usage chronique pouvant évoluer vers un « syndrome des vomissements cycliques ». Le mécanisme de ces vomissements est incompris et ce problème est sous-estimé par les cliniciens, qui peut avoir des explications différentes chez l'enfant et l'adulte et parfois masquer une maladie métabolique grave (troubles de l'oxydation des acides gras, avec hypoglycémie et acidose. Ce peut être une réaction à une consommation chronique de cannabis ; * nausées de grossesse ; * syndrome cannabinoïde.

L'association de plusieurs facteurs accentue la probabilité de survenue de nausées, vomissements…

Certaines personnes atteintes de boulimie ou d'anorexie mentale ou pour d'autres raisons peuvent se faire vomir volontairement à la suite d'une stimulation dans le fond de la gorge au niveau du fond de la langue.

== Diagnostic == C'est un symptôme très fréquent faisant l'objet d'une triple préoccupation : nature, abondance, fréquence. Les causes sont multiples.

== Démarche diagnostique == Dans la détermination et l'orientation diagnostique, il faut prendre en relief l'allure du rejet du contenu gastrique (vomissement en fusée sans effort, en jet....) et les phénomènes cliniques que sont : * les antécédents ; * les prises médicamenteuses ; * les signes d'accompagnement fonctionnels : douleurs, troubles du transit, céphalées, vertiges, etc. ; * l'examen physique : complet avec orientation sur l'examen de l'abdomen, l'examen neurologique, labyrinthique, cardiaque, existence d'une fièvre, état d'hydratation.

== Complications == Il faut éviter les complications qui peuvent être des troubles hydroélectrolytiques, complications mécaniques (ulcération, syndrome de Mallory-Weiss) et complications respiratoires (pneumopathie d'inhalation pouvant aller jusqu'à un tableau de détresse respiratoire : syndrome de Mendelson).

== Traitement == === Non médicamenteux ===

=== Médicaments === Un médicament émétique provoque le vomissement lorsqu'il est administré par voie orale ou par injection et peut servir lorsqu'une substance (par exemple du poison) a été ingérée et doit être expulsée immédiatement avant d'être digérée. Cependant, la prise d'un tel médicament n'est pas anodine, même lors d'un empoisonnement, car la remontée de certains produits peut provoquer de nouveaux dommages, à l'œsophage par exemple. Cette décision relève donc d'un médecin ou d'un centre antipoison.

Un antiémétique est un médicament qui agit contre les vomissements et nausées et est souvent utilisé pour vaincre la cinétose (« mal du mouvement ») et les effets secondaires indésirables découlant de certains analgésiques opioïdes et de la chimiothérapie contre le cancer :

* Phénothiazines : chlorpromazine (Largactil), métopimazine (Vogalène), thiéthylpérazine (Torécan) ; * Benzamides substitués : métoclopramide (Primpéran), alizapride (Plitican), dompéridone (Motilium), halopéridol (Haldol). Il existe des risques de dyskinésies neuroleptiques précoces (trismus, torticolis spasmodiques, crises oculogyres...) sous métoclopramide chez les adultes jeunes ; * Corticoïdes, essentiellement dans les vomissements induits par la chimiothérapie : dexaméthasone (Soludécadron) et méthylprednisolone (Solumédrol). * Antagonistes 5HT3 de la sérotonine sont réservés aux vomissements induits par la chimiothérapie ou pour la prévention des nausées et vomissements post-opératoires : ondansétron (Zophren) et granisétron (Kytril) ; * L'aprépitant (Emend), en association avec la dexaméthasone et l'ondansétron, est indiqué dans le traitement des nausées et vomissements aigus et retardés de la chimiothérapie anticancéreuse.

== Chez les animaux ==

Les chats vomissent afin de se purger, c'est-à-dire d'évacuer le trop-plein de poils avalés pendant leur toilette. Il existe dans le commerce de « l'herbe à chat » dont le but est de faciliter le vomissement.

== Notes et références ==

== Annexes ==

* Émétophobie * Émétophilie * Réflexe autonome

Catégorie:Symptôme de l'appareil digestif Catégorie:Réflexe Catégorie:Réflexe autonome Catégorie:Trouble des conduites alimentaires

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article https://fr.wikipedia.org/wiki/Vomissement de Wikipédia

petites annonces gratuites